Vous êtes un professionnel de la Beauté, du Bien-Être ou du coaching ? Concentrez-vous sur votre métier : 04 28 29 60 14
En savoir plus

Vous vivez une histoire “d’amour “ dites vous ? Formidable ! Et cependant vous êtes fatigué(e), las(se), confus(e), incompris(e), bref, vous souffrez de mille maux, et autres frustrations relationnelles ?

Vous souffrez dans cette relation ou avez souffert ? Vous vous êtes malmenés, vous avez tout donné, tout supporté et vous êtes parti. Et pourtant, curieusement, la seule chose que vous attendez, c’est son retour ? 

Cela vous semble t-il cohérent ? 

Pas vraiment n’est-ce pas ? Car une histoire d’Amour ne devrait-elle pas se reconnaître au Bonheur ?

Cette souffrance est un symptôme révélateur d’une rencontre qui n’est pas une histoire d’amour, mais plutôt une histoire d’attachement et de survie

A ce stade, vous pourriez commencer par vous demander si vous supportez de rester seul(e) ou si vous voltigez de partenaire en partenaire ?, ou bien encore, si vous restez accroché(e) à la même personne, sachant qu’elle ne vous satisfait pas.

La particularité de l’histoire, c’est que c’est un jeu qui se joue à deux : il y a celui qui donne et celui qui prend et ils s’attirent immanquablement.

Celui qui donne de l’affection sans compter, coure après celle des autres, cherchant souvent à sauver quelqu’un qui souffre plus que lui.

Parce ce que c’est dans ce rôle qu’il existe : quand il a le sentiment d’être indispensable.

L’incompréhensible pour lui, cependant, c’est que l’autre ne réponde pas à ses attentes. Comment est-ce possible après tout ce qu’il fait/a fait pour lui ?

En réalité, ce comportement dénote une carence affective qu’il lui faut combler à tout prix. C’est ce qui le pousse à faire tout et n’importe quoi pour l’autre, jusqu’à s’oublier, pour un peu d’affection et de reconnaissance.

La problématique n’est pas de donner, mais d’être coincé dans une totale dépendance au partenaire et pas uniquement. A celle des autres aussi, au travers de leurs jugements ou appréciation.

L’autre aspect de cette forme de dépendance, se traduit par une personne qui de son côté, engloutie l’affection et la reconnaissance des autres sans jamais les rendre ou très peu, n’en n’ayant jamais assez. 

Nous sommes tous fait pour donner et recevoir affection et reconnaissance.

Notre vie serait-elle épanouie sans amour ni affection ?

Aussi, le manque d’affection, de reconnaissance et parfois de protection vécues et ressenties dans votre enfance, vous a conditionné à les rechercher dans votre vie d’adulte.

C’est ainsi que vous êtes devenues tous les deux la pièce du puzzle qui s’associe inévitablement l’une à l’autre car vos manques respectifs se nourrissent mutuellement.

Et quand vous croyez tenir un pourvoyeur d’affection vous vous y agrippez désespérément pour ne pas tomber dans le vide…affectif. 

Votre vie est par ailleurs, peut être normale, mais certains comportements révèlent ces carences et le problème se pose par une difficulté à connaître votre vraie valeur.

Il est possible de passer d’un comportement à un autre quand, rejeté(e) ou malmené(e), la rancune et l’agressivité prennent le dessus.

Si vous êtes parti, il est possible qu’il/elle revienne vous chercher. C’est parce que vous lui avez échappé(e). Vous, vous aimeriez bien pouvoir l’aider, vous êtes prêt à tout, même de l’accompagner en séance de thérapie. C’est un test pour vous : allez vous y retourner cette fois ?

En le/la quittant, ce qui le/la nourrissait lui est arraché : le/la voilà en manque et désorienté(e), alors il/elle s’agrippe.

De votre côté, si vous lui donnez la possibilité de vous contacter et de vous voir c’est aussi une façon pour vous de vous donner votre dose d’attention. Or, il est possible qu’il/elle ne fasse pas de démarche d’introspection, tant qu’il/elle peut continuer à recevoir de votre part, même de façon détournée et minime. Souvenez-vous, tout est bon, sauf le néant.

Par peur de la solitude dans un premier temps. Les peurs sont plus fortes que les souffrances et on reste attaché à celui ou celle qui nous fait souffrir ou que nous faisons souffrir. Lorsque l’un des deux décide de se faire aider, il finit par s’en aller ou l’autre le quitte car ils ne se nourrissent plus.

Personne ne mérite une relation qui fait souffrir.

Ce qui se mérite, c’est le bonheur !

Alors, si vous souffrez ou n’êtes pas heureux, c’est à vous de décider : vous accrocher à votre béquille ou changer !

Dans cette situation, la mission d’un coach est de vous aider à pédaler et à (re)trouver votre équilibre/estime. C’est vous qui devrez prendre ensuite la décision vous même d’enlever les roulettes de votre vélo.

 

Pour retrouvez équilibre et harmonie, faites appel à un coach en développement personnel du réseau Pozego.