Vous êtes un professionnel de la Beauté, du Bien-Être ou du coaching ? Concentrez-vous sur votre métier : 04 28 29 60 14
En savoir plus

L’adolescence n’est pas une maladie… pour autant cette période entraîne de véritables bouleversements chez l’adolescent et donc dans le cercle familial. Ce qui semblait établi et très bien fonctionner jusqu’à maintenant ne marche plus et c’est une véritable zone de turbulences à laquelle il faut faire face. Quel parent ne s’est jamais écrié, à bout, « mon ado ne m’écoute pas ! » ? 

A l’adolescence l’heure de la révolte a sonné, et cette révolte est nécessaire, voire salutaire. En effet, elle va permettre au jeune de se construire vraiment, pour cela il a besoin de défaire ce qui a déjà été bâti… pour mieux le reconstruire. C’est un véritable chantier qui s’opère et comme tout chantier il a son lot d’inconnus et de désagréments : on ne peut pas savoir combien de temps cela va durer, des incidents sont à prévoir, et des surprises pas toujours agréables sont parfois à craindre.

Comme tout chantier, ce sont les fondements même de l’être humain qui peuvent ici être explorés :

- l’image, bonne ou mauvaise, que l’ado a de lui qui peut se traduire par un excès ou un manque de confiance en lui ;
- son identité sexuelle : suis-je vraiment garçon ou vraiment fille ?

- sa sexualité : découverte des premiers émois, l’ado se cherche ;

- son identité propre : sa capacité à penser et agir seul ;

- ses projets pour l’avenir : donner un sens à sa vie, quoi faire ? pourquoi ?

- son rapport à l’autorité : qu’elle soit parentale ou légale, il teste les limites, tutoie les interdits jusqu’à parfois entrer dans la délinquance ;

- ses relations sociales : capacité à entrer en contact avec les autres, absence de copains ou appartenance à une bande avec une influence pas toujours positive…

 Aucun parent ne peut revendiquer la perfection et c’est heureux ! Car pour se construire, l’enfant doit se détacher de ses parents, et si vous étiez parfaits il ne pourrait jamais vous quitter !

Les parents se mettent donc souvent en quête de signaux d’alerte : « Mon ado ne m’écoute pas, il y a quelque chose qui ne va pas »… ils se mettent alors à observer leur ado… et cette position d’observateurs et dangereuse car subjective. L’angoisse sous-jacente leur fait voir ce qu’ils craignent dramatisant bien souvent la situation. Et bien souvent lorsque l’on observe, on n’est plus dans l’écoute ; or ce dont l’adolescent a le plus besoin c’est bien de se sentir écouté.

« Mon ado ne m’écoute pas »… mais vous ? Est-ce que vous l’écoutez ? 

Pour ce faire, privilégiez un moment où il est plus détendu, calme et reformulez ce qu’il a exprimé dans un moment de colère et même si c’est difficile écoutez réellement ce qu’il a à dire jusqu’au bout…  Ne tombez pas pour autant dans le piège de la justification ; restez fermes, mais aimants dans l’application des règles et des conséquences lorsqu’il ne les respecte pas. Procédez par étapes si nécessaire et acceptez que, pour l’instant, il soit en colère et … vous déteste ! Quel que soit leur besoin de liberté, les adolescents ont également besoin de limites pour expérimenter les frustrations et ainsi apprendre à composer avec celles-ci.  Rappelez-vous que vous faites de votre mieux pour lui et pour améliorer vos relations.
Si vous vous sentez vraiment dépassé, n’hésitez pas à demander de l’aide : éduquer un enfant n’est pas chose aisée et peut relever du véritable défi, d’autant plus qu’ils sont tous différents !