Vous êtes un professionnel de la Beauté, du Bien-Être ou du coaching ? Concentrez-vous sur votre métier : 04 28 29 60 14
En savoir plus
Savoir décider

Savoir décider

Décider c’est prendre une option, c’est être en mouvement, autrement dit c’est vivre…

Sans forcément nous en rendre compte, nous prenons au quotidien beaucoup de décisions qui relèvent d’automatismes et qui sont la plupart du temps inconscientes et sans conséquence significative.

Si je prends la décision de modifier mon trajet pour me rendre à mon travail, l’enjeu est de gagner 10 mn si je fais le bon choix et d’en perdre autant dans le cas contraire. Rien de transcendant certes… toutefois, si je gagne 10 mn par jour, sur une année de travail, cela représente un gain de temps appréciable. De quoi inciter à sortir de la routine et à remettre en question nos automatismes mais il s’agit d’un autre sujet dont nous reparlerons.

Prendre la bonne décision n’est jamais garanti mais nous pouvons augmenter nos chances de bien décider si nous appliquons un certain nombre de principes dans le déroulement du processus décisionnel.

Tout d’abord, il est important de bien se connaître et d’identifier son mode de fonctionnement dans la prise de décision. Un inventaire de personnalité comme le MBTI ou le GOLDEN aborde la façon dont nous nous y prenons pour prendre nos décisions. Pour certaines personnes, la décision relève d’abord de l’intuition, pour d’autres, la prise de décision est avant tout un processus rationnel et analytique qui permet, in fine, de décider.

Quelques mots sur l’intuition, l’intuition c’est avant tout de l’expérience accumulée. L’intuition résulte du cumul des millions de données que notre cerveau a enregistré et stocké à la suite de nos expériences de vie, heureuses ou malheureuses. Il a trié, analysé et tiré des enseignements de toutes ces données pour nous les restituer quand nous en avons besoin. Nous pouvons faire confiance à notre intuition lorsque cela concerne des situations et des domaines où nous avons acquis de l’expérience et de la pratique. En revanche, lorsqu’il s’agit de situations inédites, il est plus sage de prendre le temps de procéder à une analyse rationnelle avant de décider.

Dans tous les cas, lorsqu’il s’agit de prendre une décision engageante et sans pour autant différer les choses, il est important de laisser un peu de temps à notre inconscient pour faire son travail d’analyse et de restitution. Vous avez sûrement en mémoire un moment de votre vie personnelle ou professionnelle où vous avez ressassé, trituré différents éléments d’un problème en ayant le sentiment que vous n’allez jamais parvenir à trouver la bonne solution. Et puis, un matin au réveil ou subitement dans la journée alors que vous vaquez à d’autres activités, vous apparaît la solution claire, limpide… et vous vous demandez comment vous n’y avez pas songé plus tôt.  Ne cherchez pas, votre inconscient a fait son job mais il lui faut un peu de temps surtout si vous ne l’avez pas sollicité… soyez bon avec lui, demandez-lui de vous aider…

Si décider est bien un acte individuel qui engage la personne, il est fortement recommandé de passer par un processus de consultation lorsque l’enjeu le justifie et lorsque cela s’avère réalisable bien évidemment. Ecouter différents avis ouvre des horizons et amène à envisager la question sous certains aspects auxquels nous n’aurions pas pensé spontanément. Ne négligeons pas la puissance du collectif, cet élargissement de notre champ de vision est un appui essentiel avant de décider. Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège de « la consultation pour la consultation » qui peut nous amener à différer inutilement voire dangereusement une décision qui mérite d’être prise rapidement. Quand il s’agit de recueillir de l’information et de l’analyser, nous pouvons entrer dans un processus sans fin qui peut aussi traduire une fuite parfois inconsciente face à nos responsabilités. Il convient d’éviter le piège du perfectionnisme qui consiste à vouloir creuser toujours plus la question sans que cela n’apporte une réelle valeur ajoutée supplémentaire.

Une fois que vous aurez consulté, il vous faudra analyser. Durant cette phase, pensez à ouvrir le champ des possibles. Faites appel à votre créativité, les faits démontrent souvent que lorsque nous hésitons entre deux solutions, c’est  une troisième qui se révèle être la bonne.  C’est ensuite que vous ferez le tri pour parvenir à la bonne décision mais il faut d’abord laisser libre cours à votre imagination et envisager plusieurs hypothèses.

Petite parenthèse concernant les décisions collectives. N’oublions jamais que décider à plusieurs n’est pas l’assurance de prendre une bonne décision. Il y a de nombreux exemples de décisions absurdes prises, notamment en environnement professionnel, par des groupes de travail qui se sont réunis de multiples fois et qui sont composés de professionnels aux compétences reconnues…  Plusieurs ouvrages relatent ces cas de décisions absurdes.

 Mon expérience professionnelle m’a démontré à de très nombreuses reprises l’inefficacité de ces groupes de travail où il y a trop de participants, trop de réunions où l’on finit par perdre de vue l’essentiel pour s’enliser dans les détails et les questions secondaires… rien de tel pour faire traîner les choses, souvent ne rien décider et encore plus souvent prendre de mauvaises décisions.

Bien se connaître, savoir écouter et analyser, savoir quand faire confiance ou non à son intuition, faire preuve de créativité, ne pas négliger l’inconscient,  autant d’éléments à prendre en considération pour vous permettre de bien décider.

Article écrit par Pierre, membre du réseau Pozego.

Partager l'article